Expérience du mesurage de la lueur de l’eau.

Dr Konstantin G. Korotkov et sa technologie GDV.

Le physicien russe Konstantin Korotkov, de l’Université technique d’État de Saint-Pétersbourg, a inventé la technique de visualisation par décharge gazeuse (GDV), qui utilise une optique très    précise, des matrices de télévision numérisées et un ordinateur puissant. La technologie se base sur la capacité d’un être vivant d’émettre  l’impulsion de photons, perceptible seulement         l’équipement le plus sensible dans des conditions de noir absolu.

Korotkov capte le minuscule pouls des photons émis par tous les êtres vivants en les remuant, en  les «évoquant» ou en les stimulant dans un état excité pour qu’ils produisent la lumière qui est des millions de fois plus intense que dans leurs état normale.

L’équipement de Korotkov combine plusieurs techniques: la photographie, la mesure de l’intensité lumineuse et la reconnaissance informatisée des formes. Lorsqu’il est utilisé sur des humains, son appareil photo prend des photos du champ autour de chacun des 10 doigts, un doigt à la fois.

Un programme informatique en extrapole ensuite une image en temps réel du «bio-champ» entourant la personne et en lit l’état de santé.

Comme les humains les liquides produisent le lueur.

Dans le cas des liquides, la machine GDV examine l’activité d’émission à la surface du liquide, c’est-à-dire sa capacité à retenir des informations importantes provenant d’autres molécules.

L’activité d’émission de la surface de ces liquides dépend de la présence de groupes d’atomes d’hydrogène avec une capacité spéciale de liaison. C’est cette propriété particulière, estime Korotkov, qui donne à l’eau sa capacité unique d’enregistrer et de conserver des informations.

Tests sur liquides.

Korotkov et son équipe ont mené de nombreuses recherches pilotes sur une grande variété de liquides biologiques, montrant que l’équipement GDV est très sensible aux changements dans le contenu chimique et physique des liquides – des changements subtils qui n’apparaissent pas dans les analyses chimiques.

Par exemple, Korotkov a découvert des différences statistiquement significatives entre les échantillons de sang de personnes en bonne santé et ceux souffrant de cancer ou de maladie cardiaque. Il a également trouvé des changements statistiquement significatifs dans l’eau après son irradiation – même lorsque des remèdes homéopathiques dilués 30 fois y ont été ajoutés (Consciousness and Physical Reality (en russe) 1998; 3 (1): 51-8; J of Alternative and Complementary Medicine, 2003; 9 (1): 25-37; J de la physique appliquée, 2004; 95 (7): 3334-8).

Son équipement est si sensible qu’il peut détecter de minuscules différences entre la lueur des huiles essentielles naturelles et synthétiques avec la composition chimique identique – différences qui n’apparaissent pas par d’autres moyens d’analyse chimique.

L’équipement GDV a été capable de détecter avec précision les différences entre les huiles qui sont organiques, comparées à celles produites par des moyens ordinaires; entre des huiles obtenues dans différentes conditions climatiques ou extraites au moyen de méthodes différentes; et entre ceux qui sont frais comparés à ceux qui ont été oxydés.
Guérir les changements de l’eau

Depuis 2001, le Dr Korotkov a étudié l’influence mentale à distance d’un guérisseur sur des échantillons d’eau de différentes distances et de différents modes. De nombreuses expériences ou la sienne ont démontré que l’influence mentale entraîne des changements statistiquement significatifs de la qualité électrophotonique (la «lueur») de l’eau.

Dans une de ses études, il a enrôlé le guérisseur allemand Christos Drossinakis, qui a envoyé son influence mentale du Japon et de l’Allemagne à 10 heures du matin pendant 10 minutes sur une bouteille. Les chercheurs qui effectuaient les mesures ne savaient pas quand il envoyait l’intention et quelle était la bouteille cible.

Des changements significatifs dans les paramètres électrophotoniques des gouttes d’eau entre les échantillons de différentes bouteilles ont été trouvés les jours où Drossinaki envoyait son énergie du Japon. Pendant les périodes de contrôle, aucune différence significative reproductible entre les échantillons n’a été trouvée.

Dans une autre expérience, un échantillon d’eau potable a été divisé en trois flacons. Une goutte d’huile d’eucalyptus a été ajouté à l’un, tandis que les deux autres ont été envoyés intention par les guérisseurs russes. Quand Korotkov a analysé les résultats, il a trouvé que l’influence humaine était plus forte que l’impact de l’huile, ajouté à l’eau.

Bien que ces études soient simplement des observations, à ce stade, elles offrent des preuves que l’eauest un moyen de stockage de l’information, dont des caractéristiques se varient sous l’influence de l’intention humaine.

Korotkov écrit à ce sujet: Il se peut que cette eau «structurée» influence la personne qui le boit. Si nous parvenons à prouver ces hypothèses expérimentalement, de nouvelles perspectives dans la compréhension du monde et de la santé s’ouvriront.

“Nous pourrions même prouver que la qualité de la nourriture dépend de l’humeur mentale de la personne qui l’a préparée.”

Le déroulement de l’ expérience sur l’eau, organisé par Korotkov et “The Intention Experiment”.

Le 30 novembre, Dr Korotkov a rempli un tube à essai d’eau distillée provenant d’une pharmacie de Saint-Pétersbourg, en Russie. Il a ensuite inséré une électrode dans le tube à essai, de sorte que l’eau a commencé à couler sur ses côtés, pour s’assurer qu’il n’y avait pas d’air dans le tube à essai. L’électrode a ensuite été fixée avec du ruban adhésif, comme indiqué ci-dessous.

Habituellement, quand une bouteille d’eau ordinaire est ouverte pour la première fois, sa «lueur» est très variable avant qu’elle ne s’installe après deux minutes. Korotkov a choisi de l’eau distillée pour notre expérience car sa lueur n’a pas ce type de variation initiale mais devrait rester relativement stable dans le temps.

Pour pouvoir réaliser cette expérience, “The Intention Experiment” a invité des participants de partout dans le monde et leur a demandé d’envoyer de l’amour à cet échantillon d’eau.

Une idée c’était de créer une expérience scientifique simple pour prouver dans un cadre scientifique rigoureux dans des conditions scientifiques une hypothèses de Masaru Emoto que  l’amour envoyée à l’eau change sa structure.

Le site Web Intention Experiment a publié une photo de la fiole d’eau, qui n’était visible que pour ceux qui avaient accepté de s’inscrire à l’expérience.

Près de 3000 personnes de 80 pays à travers le monde s’étaient inscrites pour participer dans cette expérience. Bien que les deux tiers venaient des États-Unis, du Canada, du Royaume-Uni et des Pays-Bas, ainsi que d’autres pays anglophones comme la Nouvelle-Zélande et l’Australie,il y avait eu aussi une forte présence de tous les pays d’Europe et des autres continents: Uruguay, la Zambie et d’autres pays d’Afrique, de Malaisie, du Japon, de Croatie, du Costa Rica et d’autres pays d’Amérique centrale, de Colombie et de Chine ont également joint notre expérience. finalement il y avaient des représentants de tous les continents sauf Antartica.

Le nombre total des participants était 1500 personnes.

Soixante-deux pour cent – près des deux tiers – étaient des méditants réguliers. Près de 80% participaient pour la première fois.

 

Processus expérimental

À 19h38 heure de Saint-Pétersbourg (04h38 GMT) Korotkov  a allumé ses instruments GDV, et les a gardés pendant environ une heure. Un seul expérimentateur était dans la pièce. Pendant l’expérience, la musique de Rachmaninov a été mise sur un CD.

Dr. Korotkov dit que le but de l’expérience était de mesurer les signaux émis par l’eau et de comparer les signaux avant l’intention avec ceux pendant l’intention et ensuite après.

Pour enregistrer le plus subtil des changements, il a examiné de nombreux paramètres, y compris la puissance du signal (sa surface) et le spectre du signal (son intensité).

Quand il a examiné les effets 10 minutes avant et l’a comparé avec l’effet pendant l’intention, il a découvert un changement très significatif.

Korotkov a choisi trois intervalles pour étudier et comparer les émissions: 10 minutes avant l’envoi de l’intention, 10 minutes après et 4 minutes au milieu de l’intention. Il a ensuite comparé la taille et l’intensité des émissions et leur état d’ordre en examinant des mesures telles que la superficie totale et l’intensité moyenne des émissions lumineuses.

De grands changements de lumière

Il a découvert de grandes différences dans un certain nombre de paramètres, y compris l’intensité de la lumière. Voici un graphique montrant l’effet de l’intention et aussi la variation des émissions de l’eau.

Dans le graphique en pdf, qui montre une chronologie de l’expérience, après que l’instrument a été allumé, nous avons eu de fortes variations dans les émissions de lumière – contrairement aux attentes de Korotkov. Ces variations se sont arrêtées six minutes avant l’heure d’intention prévue et n’ont repris que lorsque nous avons terminé.

Ces chiffres montrent un effet significatif dans la modification des émissions de surface de l’eau.

Néanmoins, si vous regardez la comparaison entre l’heure de l’intention et 20 minutes avant, la signification dans ses données disparaît. Dans la deuxième expérience sur l’eau, nous avons affiné l’expérience et étudié les données sur une période plus longue.

Eau chargée

Korotkov émet trois hypothèses sur l’eau dont la structure a été «chargée» d’amour. Tout d’abord, «l’eau structurée» affecte l’espace où se trouve l’échantillon d’eau – comme William Tiller l’a découvert, dans ses expériences Black Box (voir The Intention Experiment, chapitre 8). Cela fait comme un espace sacré.

Korotkov théorise également que cette eau structurée pourrait changer l’état de la personne qui le boit.

“Si nous savons que nous pouvons changer et «améliorer» l’eau en lui envoyant de l’amour, nous pourrions avoir un effet curatif sur tout ce qui contient de l’eau: de la nourriture, de l’eau potable – en fait, tout être vivant. Rappelez-vous que tous les animaux (nous inclus) ont environ 80% d’eau et que tous les végétaux contiennent presque 100% d’eau”.

Néanmoins, ceci n’est qu’une démonstration d’un effet possible. Il faut répéter l’expérience plusieurs fois pour montrer sans aucun doute que notre intention a changé cette capacité de liaison de la structure.

Certaines conclusions sur la procédé de l’xpérience.

La conception de l’expérience de l’eau était elle-même une expérience. Dans le passé,  ces expériences ont été ouvertes uniquement aux personnes qui avait  lu l’expérience Intention, digéré son contenu et pratiqué Powering Up, le programme de Lynne McTaggart pour maximiser l’intention.

Parce que ce sont des expériences scientifiques rigoureuses, l’intention était d’augmenter la probabilité de succès en utilisant seulement un groupe cohérent et homogène de participants, qui avaient l’expérience de l’envoi de l’intention en utilisant des techniques identiques.

Néanmoins, dans un groupe qui n’est pas pratiqué depuis longtemps, les idées individuelles de concentration de l’esprit et autres peuvent différer grandement.

De cette expérience, les participants ont également conclu qu’il était important de rendre notre intention  plus spécifique. Tout ce que nous avions spécifié était d’envoyer de l’amour.

Le problème est que l’idée de l’amour est très individuelle. «En effet, dit le Dr Korotkov, certaines des intentions auraient pu interférer avec d’autres.

Dans d’autres expériences, The Intention Experiment a produit le plus grand effet avec une intention très spécifique.

Le fait que les participants soient de nouveau répartis dans le monde entier ne semblait pas avoir d’importance. Ce qui importe, cependant, c’est de devenir un groupe cohérent et concentré qui occupe le même espace «psychique».

Interprétaté d’après une article de Lynne McTaggart, publie sur heintentionexperiment.com.

Vos idées nous importent

Leave a reply

Login/Register access is temporary disabled